6. La grande belleza

« Ero destinato alla sensibilità »
« Ero destinato à diventare jep gambardella »

Délicieux moment que ces 2 heures 21 passées dans une Rome éternelle et mondaine. Notre guide est interprété par le maître Toni Servillo qui campe ici en chroniqueur de la vie culturelle romaine à la fois désabusée et superbe.
Avec lui se télescopent l’innocence d’un couvent, un héritage culturel à nul autre pareil et la décadence d’un milieu « arty » fin de règne.
Jep Gambardella ne voulait pas être mondain, il voulait être le roi des mondains !
Et cette simple phrase, à condition qu’elle soit prononcée en italien bien sûr, suffit à planter le discours. (Vous aurez compris qu’il est interdit de voir le film autrement qu’en V.O.)
Paolo Sorrentino réalisateur à qui l’on doit « This must be the place » avec Sean Penn et « Il divo » signe une oeuvre à son image. Photographie léchée et plans séquences dignes des meilleurs Brian De Palma.

Seul léger bémol : l’atmosphère est largement privilégiée à l’histoire.
Le film est une expérience, délicieuse de surcroît, que je vous invite à découvrir.
Alors si vous rêviez d’un city trip sans bouger de votre sofa Castiglioni , regardez ceci :

Saint André

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>